09a. Auberge du Radal

Samedi 20 avril 2019

Séjour à l’Auberge du Radal

En compagnie de Valérie, nous sommes allés faire un tour de 12 km dans les environs pour ne pas perdre la main, non les pieds.

Et l’on tombe tout de suite sur les restes d’un incendie, que nous savons maintenant étant volontaire, maîtrisé et allumé par les pompiers.

En sortant, on tombe sur cette plante, magnifique  puis sur une procession du samedi saint.

On a compté plus de 70 chenilles processionnaires

Ensuite un grand lézard vert mâle nous a gratifié de sa présence.

Oui c’est un mâle, car il a la gorge bleue-turquoise.

Et le chemin est aussi magnifique.

Et l’on sort de la forêt  pour trouver quelques jolies pensées sauvages.

Puis on se repose et on fait de la place pour l’aligot.

Une page par Page

Une rencontre au bord de l’Arbogne, quelques mots échangés, et un agréable texte qui résume bien le Chemin parcouru en 2018.

Cher Michelange,

(Je vais utiliser cette graphie, bien que inofficielle :-), d’autres utilisaient Mick, au delà du fait qu’elle soit trop familière, je ne suis pas très fan des surnoms)

Cher Michelange donc,

Un grand bravo et un grand merci.

Bravo pour tout ces kilomètres parcourus et merci pour les avoir fait partager. J’imagine que certains soirs il n’a pas été facile de se mettre au clavier (du téléphone) pour conter les aventures de la journée.

J’ai aimé le style direct du récit qui le rend très vivant. J’étais toujours désireux de tourner la page du lendemain pour découvrir la suite.

Au travers de vos textes on se rend bien compte que marcher c’est bien plus que mettre un pied devant l’autre et recommencer. Surtout lorsque la souffrance est au rendez-vous d’un pas sur deux.

Marcher est une activité hautement philosophique et le rythme du pas est le seul qui permette de se déplacer tout en appréciant pleinement son environnement.

Et que de belles rencontres, que de beaux endroits traversés. Ce sont celles-là et ceux-là qui restent lorsque l’on se retourne sur le parcours.

Les quelques autres ne méritent pas d’utiliser un peu de notre mémoire.

Au travers des textes les gens se dévoilent. J’ai donc l’impression d’un peu mieux connaître le marcheur rencontré à deux reprises le long de l’Arbogne.

J’ai également fait un peu la connaissance de Nicole, l’épouse douce et nature, fidèle au rendez-vous journalier.

Valérie, la fille attentive, persévérante, toujours prête à un encouragement. Avec le petit problème mathématique de la présentation, j’ai compris que c’était elle la maman de 6 enfants.

Belle famille. Par le lien sur les textes de son mari, j’ai également découvert le site familles-nombreuses.ch qu’elle anime. Bel engagement.

Il y a quelques années j’aurais pu prétendre à une carte, puisque j’ai moi-même 4 enfants. Mais aujourd’hui seule Raphaëlle est encore à la maison pour quelques mois.

Et pour terminer, merci pour la suggestion d’écoute ce Paladio. Magnifique. Belle complicité des deux musiciens.

J’espère que les soucis de santé de Nicole ne seront que passagers et qu’une prochaine randonnée soit possible l’année prochaine.

Ce seront là mes voeux pour l’an nouveau.
Au plaisir d’un futur bout de balade le long de ce cours d’eau qui unit nos deux villages ou ailleurs, qui sait.

Bien amicalement.

Hervé

Hervé Page
Les Riaux 22
1746 Prez-vers-Noréaz

 

Le Chemin de Compostelle en 2018

Le Chemin de Compostelle en 2018

Le Chemin de Compostelle en 2018
du Puy-en-Velay à Saint-Jean-Pied-de-Port

Le Chemin de Compostelle depuis Le Puy en Velay à St Jean Pied de Port

Cliquez sur la carte pour agrandir. Source: ACIR

Pourquoi je fais Le Chemin de Compostelle?

Aucune idée, c’est venu comme ça sans crier gare, il me fallait un nouveau but. Le Chemin de Compostelle remplacera la pêche qui n’a pas été excellente ces dernières années et les champignons qui ont fait un peu défaut. Alors, marcher pour rien, autant marcher avec un but.

Encore un petit détail: mon chemin ne correspond pas tout à fait à la carte ci-dessus. J’ai pris quelques libertés. En décembre lors de la préparation du périple, je n’ai pas toujours trouvé des hébergements pour personne âgée (comme moi). C’est-à-dire avec un certain confort pour les autres, ceux qui ne supportent pas les ronflements par exemple. D’autre part, je pense qu’il est important de rencontrer des personnes qui vivent à quelques kilomètres du parcours. Ceux-ci ne bénéficient pas des retombées économiques des 20’000 pèlerins qui empruntent la voie principale chaque année.

Si vous désirez me suivre (Qui suis-je?) pendant les quelques jours de mon périple, revenez sur cette page ou demandez-moi le mot de passe des pages protégées à cette adresse E-mail.

Quelques citations

Il meurt lentement celui qui devient esclave de l’habitude, refaisant tous les jours les mêmes chemins, celui qui ne change jamais de repère, ni la couleur de ses vêtements ou qui ne parle jamais à un inconnu.

Il meurt lentement celui qui ne change pas de cap, celui qui ne prend pas de risques pour réaliser ses rêves…

Vis maintenant, risques-toi aujourd’hui. Agis de suite. Ne te laisse pas mourir maintenant. Ne te prive pas d’être heureux. Alors pèlerins allez-y partez sur le Chemin et ne vous privez pas d’être heureux, car vos pas seront vos mots, le chemin votre chanson, la fatigue votre prière. Et alors le silence vous parlera

Pablo Neruda

Profitez de la vie: il est plus tard que vous ne pensez   
Proverbe chinois

Il vaut mieux suivre le bon chemin en boitant que le mauvais d’un pas ferme
Saint Augustin

 

Suite – Jour 1 – Le Puy-en-Velay > St Privat d’Allier

Viñales – Playa Larga

Journée de transition ou de transfert. C’est à dire 4h30 de voiture. Henry ayant bu un red bull, le voyage s’est bien passé.

A l’arrivée à Playa Larga située dans la Baie des Cochons, (Voir vos livres d’histoire, je ne suis pas là pour vous raconter que des cubains qui vivaient aux USA, aidés par des américains, ont attaqué Cuba et tenté de débarquer. Fidel et ses potes se sont battus et ont repoussé l’ennemi) nous sommes allés dans une petite maison, chez une connaissance du guide, où se trouve le plus petit oiseau du monde, un colibri endémique qui ne mesure que 2 ou 3 cm et se nomme zunzún.

Puis après prise des cantonnements, on est allé se baigner dans la Baie à quelques mètres dans de l’eau chaude.

Afin de ne pas vous faire envie, la photo de la plage a volontairement était dépourvu de ses belles couleurs.

Le soir, au programme, repas composé surtout de langouste. Banal ici.

Le cimetière abandonné

Suite

Voyage jusqu’à Cousset

Paysage du matin. Bus au lieu de train

Bayonne

La cathédrale

Le cloître

Me voici à l’hôtel près de l’aéroport de Biarritz.

On sent la mer

Et me voilà à l’hôtel de l’aéroport de Biarritz, enregistrement effectué.  Un dernier repas ici et demain matin, un petit détour par Madrid… avant Genève.

Bonne soirée, me voici à  la maison, accueilli par Babouche ma chatte.

SAINT-JEAN-PIED-DE-PORT

Premier jour sans marche, mais je suis quand même allé ce matin à 7h voir les pèlerins qui partaient pour Roncevaux.

J’ai reconnu quelques personnes et surtout Laurent le néo-calédonien qui avait fêté son anniversaire avec moi et sa mère et Michaela.

Je suis allé à la citadelle pour quand même marcher un peu.  C’est très beau.

Et dans la vieille ville..

Je revois Line, l’Américaine qui arrive épuisée

Elle prend un jour de repos et repart pour Pampelune, derrière… les Pyrénées.

Histoire de lessive. Comme je suis à la même place mais pas dans la même chambre, j’ai demandé si on pouvait me laver une paire de pantalon.

La femme de chambre m’a dit en principe non, alors j’ai simplement dit que mon t-shirt bleu n’était pas très bien assorti à mes pantalons actuels et que j’aimerais mettre les pantalons beiges, alors tout d’un coup, revirement, elle a accepté se me laver mes pantalons beiges.

J’ai mangé ce soir avec deux Suisses de 78 ans, en pleine forme, qui recommencent demain jusqu’à Burgos.

Jour 29 – Col d’Osquicht > St Jean Pied-de-Port

Le Chemin de Compostelle 2018

Dimanche 6 Mai

26.12 km / 06:30 h /  M 584 m /  D 805 m / Dén. 431 m

Nuit du 6 au 7 Mai – La Villa Esponda – 9 place du Trinquet – 64220 Saint-Jean-Pied-de-Port – +33677432599

Et me voilà au port. Je vais enfin pouvoir écrire ayant retrouvé du wifi et du réseau.

Ce matin au départ, en quittant l’hôtel du col d’Osquich.

Il est 8h à peine…
Je quitte l’hôtel

J’ai demandé au patron de l’hôtel si je pouvais changer mon parcours, car je n’avais pas envie de monter à 500 ou 600 m comme c’était prévu et de redescendre sur quelques kilomètres. Il m’a dit de passer par Larceveau et que je rejoindrai le Chemin de Compostelle il m’a dit qu’il y aurait 2 ou 3 km de plus.

Je ne pense pas que les habitants d’ici ont bien assimilé le système métrique car j’ai demandé à quelqu’un quelle était la distance du col à Larceveau, kl m’a dit 7 ou 8 km et une autre  personne 15 km de plus.

La journée fut donc plus longue que prévue avec ce changement de parcours.

De sympatiques créatures. Il n’y a que ça ici.
Non, il y a d’autres animaux
Et même un tendre noiraud

Mais il y a aussi des piqûres de rappel

Je me demandais si ce n’était pas le départ d’une course de brebis
On ne fait pas le Chemin sans laisser des plumes, les brebis laissent autre chose
J’adore les fleurs
Chemin un peu particulier
A St Jean le Vieux

Et le signal de fin

La porte d’arrivée à St Jean Pied de Port.

J’essaierai de faire un premier bilan demain.

St Jean Pied de Port, ce soir

Mais je dois déjà dire que je suis surpris du nombre de connections à ces articles, jusqu’à 500 par jour. Merci à tous.

Revenez dans quelques jours je vais continuer à écrire…

 

Jour 28 – Mauléon-Licharre  > Hotel du Col d’Osquich

Le Chemin de Compostelle 2018
Samedi 5 Mai

14.29 km/ 03:45 h /  M 493 m / D 287 m / Dén. 363 m

Nuit du 5 au 6 Mai – Hotel du Col d’Osquich  – 64130 Musculdy – +33559378123 – Confirmé B.  – Arrivée 15:00-19:00  Départ 07:00-11:00

Peu de réseau et de wifi.

Je ne sais pas si je vais arriver à vous conter mes aventures.

Le temps était mi-… mi-raisins
Garage moderne

Jour 27 – Dognen (Navarrenx) –  Mauléon-Licharre (Aroue)

Le Chemin de Compostelle 2018

Vendredi 4 Mai

20.03 km / 05:00 h /  M 309 m /   281 m / Dén. 130 m

Nuit du 4 au 5 Mai – Domaine Agerria – Rue du Frère Alban – 64130 Mauléon-Licharre – +33559191919 –  Confirmé B.  – Arrivée 16:00-21:00  Départ 07:00-12:00

Hier soir, aucun repas n’était prévu au château et il n’y a aucune possibilité de manger dans les environs. La baronne paysanne, qui ressemble à Madame Vipret mère, a eu pitié de moi et ma convié  à un petit repas avec une omelette et du pâté à faire pâlir d’envie Jean-François, le tout accompagné d’au moins 1 litres de vin rouge que je n’ai pas tout bu bien sûr.

Je remets la photo du repas,

Dans un vrai château tu manges avec 9 absents

pour vous faire envie.

Enfin, en partant, le chien ayant d’autres tâches, j’ai réussi à faire une photo.

Passant par le centre du village, j’ai eu beaucoup d’admirateurs, il faut dire que je suis volontairement sorti du chemin officiel pour les 3 dernières étapes.

C’est bien au milieu du village…

Et encore

Bien sûr, de sortir du Chemin, il y a des récompenses et des inconvénients.

Moment difficile…

Finalement un plus grand château en récompense.

Devant le château

Et depuis ma chambre…

De ma chambre

Et là. Il y a un restaurant pour ce soir.

Valérie (ma fille) me demande comment vont mes pieds. Et bien, ils rajeunissent comme chez les enfants, ils changent quelques ongles des orteils.

Aujourd’hui j’avais plein d’histoires qui frottement dans ma tête.

Cela a commencé avec tous ces escargots, escargots sans maisons, vers de terre et autres animaux qui cherchent à traverser la route.  Savent-ils où ils vont? Surtout que c’est dans les deux sens, pas comme les grenouilles. Vinrent ensuite:

Une licorne sait-elle que c’est un animal qui n’existe pas?

Des touristes visitent un musée d’histoire naturelle et s’émerveillent devant un squelette de dinosaure, «Quel âge a-t-il ?» demande un touriste. «Soixante-cinq millions d’années, quatre ans et six mois», répond le gardien.

«C’est incroyablement précis, s’étonne le touriste, comment pouvez-vous vous en être sûr ?» «Voyons c’est simple! Le fossile avait soixante-cinq millions d’années quand j’ai commencé à travailler ici, il y a exactement 4 ans et six mois.

Impossible d’avoir moins…

Jour 26 – Argagnon (Arthez-de-Béarn) > Dognen (Navarrenx)

Le Chemin de Compostelle 2018

Jeudi 3 Mai

28.78 km / 07:15 h /  M 521 m /  D 484 m / Dén. 191 m

Nuit du 3 au 4 Mai – B&B Chateau Espalungue – 6 Rue De La Bielle – 64190 DOGNEN – +33559660096 – Confirmé B.  – Arrivée 17:00-19:30  Départ >10:30

 

Peu de choses aujourd’hui. J’ai déjeuné avec mes deux compères,  mon ami japonais et mon cochon chinois.

Après vers 7h30 départ sous la pluie, et pour la première fois depuis le départ, la pèlerine rouge.

Je suis arrivé à destination à 16h avec très peu d’arrêts car il fait froid si l’on s’arrête, ce qui fait 7h de marche pour les 30 km sous la pluie, dans la boue ou le goudron.

A Argagnon

Peu de wifi, difficile de passer les photos.

Beau chemin, même sous une fine pluie ici
Un vieux
Une abbaye
Sur un arbre..
Un fronton de pelote basque

Je loge dans un vrai château. Un vrai château, c’est une maison que vous ne pouvez pas photographier parce que le chien te mordille les fesses quand tu arrives.

Un château, c’est plus froid qu’une maison normale.

Dans un vrai château tu manges avec 9 absents

Jour 25 – Arzacq-Arraziguet > Argagnon (Arthez)

Le Chemin de Compostelle 2018

Mercredi 2 Mai

37.57 km / 09:30 h /  M 556 m /  D 683 m / Dén. 146 m

Nuit du 2 au 3 Mai – Arret et Aller 190 Route de Pedaouque, 64300 Argagnon – 64300 Argagnon – +33559093735 – Confirmé B.  – Arrivée 13:00-18:30  Départ < 10:30

Hier fut une journée particulière, tout était fermé en raison du 1er mai. Cela ne change malheureusement pas grand chose. J’ai mangé un fourré de tagliatelles aux morilles, cuites sur le feu de bois, photo de hier, fabuleux. Quand on dit fourré, c’est une belle tranche de jambon, les tagliatelles aux morilles dedans, on ferme le tout, on met du fromage dessus tout ça et sur le feu. C’était fameux. Vous avez relevé que je ne mange pas que de la viande.

D’ailleurs le soir, le patron de la vieille auberge ferme sa boutique et ouvre une pizzeria. J’ai donc suivi avec quelques randonneurs. Pizza au feu de bois, fabuleuse, en compagnie d’un randonneur breton. Il m’a dit qu’Erika était mal en point à  dix km du but, et que d’autres s’étaient arrêtées, ou comme Line, pas partie du tout.

Peu de fleurs aujourd’hui…
… mais une chatte derrière une vitre
Et les Pyrénées entre les draps

Ce matin, je rencontre les néo-calédoniens qui prenaient le taxi et une Suissesse de St-Gall qui comme moi a pris le transport sur une dizaine de km. Il en restait 27 de toute façon  et demain 30 km.

Un village traversé, le problème son nom, oublié. Tiens, il n’y a personne…
Beau chemin..
Je croyais que je m’arrêtais là…
Non c’était là

Arrêt anglais aujourd’hui, encore un dirais-je. C’est le troisième.

Mais au moins c’est vivant.
En passant, le chien à levé la patte sur le cochon…
Un bout de racine

Souper en bonne compagnie

Dans la salle avec en plus du pig, mon japonais

Jour 24 – Aire sur l’Adour > Arzacq-Arraziguet

Le Chemin de Compostelle 2018

Mardi 1er Mai

37.24 km / 09:30 h / M 530 m /  D 377 m / Dén. 156 m

Nuit du 1 au 2 Mai – La Vieille Auberge – place du Marcadieu – 64410 Arzacq Arraziguet : 05 59 04 51 31

Ce matin au petit déjeuner et ce n’est pas un montage, un clin d’oeil probablement.

Le patron s’est empressé d’ajouter des croissants pour faire des photos pour sa pub.

Hier soir, dans un restaurant. j’ai mangé en compagnie d’Erika de Bourgogne,  de Line une Américaine dans la soixantaine,  de Nathalie une juge, ainsi que deux néo-calédoniens dont un jeune qui fêtait son anniversaire et de sa mère. On s’est revu ce matin et Line m’a donné des pilules homéopathiques d’arnica pour soigner mon tendon. Sympa non.

Symphonie en blanc

Tout le monde est parti petit à petit pour rejoindre, pour les plus courageux, Arzacq où je suis, mais je n’ai rencontré personne, d’ailleurs voyez comme les rues sont vides.

Ce matin en quittant l’hôtel
Une des plus vieille bastide de la région
Ombre et lumière
Arzacq, vide comme partout
Un petit rappel sur le chemin…
Par chance, à l’hôtel…

Voilà je n’ai pas fait toute l’étape mais ça suffisait comme ça.

 

Jour 23 – Lanne-Soubiran > Aire sur l’Adour

Le Chemin de Compostelle 2018

Lundi 30 avril

20.89 km / 05:15 h / M 158 m / D 217 m / Dén. 86 m

Nuit du 30 avril au  1er Mai –N’Atura Hôtel – 28, avenue du 4 septembre – 40800 Aire-sur-lʼAdour – +33558716617 – Confirmé B. – Arrivée 15:00-21:00  Départ <11:00

Hier soir, j’ai mangé avec un Japonais, deux Australiens, deux Lyonnais, deux Québécois, dans une maison tenue par une Belge et son mari. Le régime est plus autoritaire que hôtel, souliers ici, le sac reste dehors, prenez vos affaires dans ce bac en plastique, faites votre lit, etc, mais c’était sympa.

Aujourd’hui 20 km, départ vers 8h, arrivée vers 13h30, sans trop de souffrance, bien que je sens mon tendon, mais c’est supportable. Le paysage à changé et j’ai profité de faire le voyage avec Mahiko pour faire beaucoup de photos.

Ce matin au départ
Le vent a rapidement sèché le chemin
Là, il ne peut plus avoir d’oiseaux
Mon compagnon japonais

Et sa photo… on voit tout de suite le professionnalisme.

Et au loin, les Pyrénées

En blanc, c’est tout aussi beau…

La grève n’est pas d’aujourd’hui

 

Jour 22 – Eauze >Lanne-Soubiran

Le Chemin de Compostelle 2018

Dimanche 29 avril

26.46 km / 06:30 h / M 413 m / D 441 m / Dén. 85 m

 
Nuit du 29 au 30 avril – Le Presbytère Place de l’Eglise – 32110
A l’hôtel

En partant ce matin…

Regardez bien, c’est son chat…

Je pense que je n’ai plus rien à expier car je suis arrivé au gîte juste avant la pluie, même une petite grêle.

Un gîte sur le chemin
L’arum

Nous nous sommes réfugiés devant le presbytère…

Le presbytère et à droite la Maison d’hôtes où je séjourne
Et il y avait du monde, pont du 1er mai oblige..
Il a commencé à faire si froid que nous nous sommes réfugiés dans le presbytère

Et un vieux souvenir…

Le confessionnal

Il fait assez froid, une dizaine de degrés, mais les prévisions sont bonnes pour demain matin. Environ 20 km, ça devrait passer.

J’ai trouvé au presbytère un document où l’on mentionne le nom de Cousset.

Jour 21 – Condom > Eauze

Le Chemin de Compostelle 2018

Samedi 28 avril

35.23 km / 09:00 h / M 535 m / D 450 m / Dén. 106 m

 
Nuit du 28 au 29 avril –  Café de France – 2 Place de l’Armagnac  32800 Eauze – Confirmé B. – +33562098031  – Arrivée 13:00-22:00  Départ < 11:00

 

Dire que je pense à certains d’entre vous ne serait pas du hasard
Je n’ai pas fait de commentaires au sujet du nom de la ville je n’en ferai pas plus pour le nom de la rivière qu’il faut pas oublier de prononcer naïve car avec les photos prises ce matin cela peut vite dégénérer.

Ou

Au détour d’un chemin un gîte sympa

Aujourd’hui j’ai dû renoncer à trop marcher. J’ai pu bénéficier du transporteur de sacs pour pèlerins pour écourter mon étape,  comme demain d’ailleurs. C’est la seule façon de guérir, cela ne pas l’air trop grave, je peux encore marcher mais il ne faut pas que cela empire.

L’hôtel du jour est fabuleux
Une autre magnifique maison

Il ne fait pas très chaud, donc certains profitent u moindre rayon de soleil.

Meilleures pensées encore à tous ceux qui me suivent, je n’avais mentionné dans mes intentions pour ce chemin que ma famille en ne précisant pas que nous sommes tous une grande famille, y compris mes bons et chers amis.

Et encore quelques belles maisons

 

Jour 20 – Lectoure > Condom

Le Chemin de Compostelle 2018

Vendredi 27 avril

32.02 km / 08:00 h / M 599 m / D 703 m / Dén. 143 m

on délaisse le bitume pour les sentiers…boueux et glissants

Nuit du 27 au 28 avril – Le Relais de St Jacques – 2 Avenue du maréchal Joffre, Condom, 32100 – confirmé B. – +33621784786 – Arrivée 12:00-17:00  Départ 07:30-10:00

Au départ  de Lectoure tout se passe bien, je n’ai pas mal du tout à mes pieds bien soignés et j’avance normalement.

Ce matin, au départ de Lectoure

Pendant 3 km, c’estt la joie complète, quand tout à coup je sens une douleur au tendon d’Achille gauche.

Le chemin aussi dans la boue…

Je pense que c’est en franchissant un de ces passages boueux où on agrandit le pas pour éviter de se noyer.

Conséquences d’abord un premier anti-douleur, puis un anti-inflammatoire, un arrêt en attendant que ces médicaments fassent effet. Puis tant bien que mal j’ai repris la route en marchant lentement.

Je me suis arrêté à midi pour manger, vous n’allez pas le croire, une pomme, une banane, un mandarine.

Le problème, je ne me rappelle plus des lieux
Marsolan, tu vois quand tu veux ..

Toujours avec le chant des oiseaux et même encore le coucou, j’avance et je sens mon sac légèrement plus léger. Cent-vingt pilules de Dolomit, complément alimentaire, calcium et magnésium en moins, mon célèbre baume Sport et Cheval qui devra faire des miracles ce soir qui diminue, quelques médicaments, pâte dentifrice en moins et c’est tout.

JF avait fait trois trous dans ma ceinture avant de partir, ils ne servent à rien, sauf que ma ceinture est moins lourde comme ça.

Quelques 3 ou 4 km avant d’arriver à Condom, comme j’avais pris une variante,  un monsieur s’est arrêté et m’a mené à Condom où l’on a bu une bière.

Remarquez que je n’ai fait aucune plaisanterie sur le pauvre lieu où je m’arrête. On devient sage sur le chemin.

L’entrée du Relais

Et ma chambre…

Et les symboles de la ville…

 

Jour 19 – Saint-Antoine > Lectoure

Le Chemin de Compostelle 2018

Jeudi 26 avril

23.67 km / 06:00 h / M 541 m / D 431 m / Dén. 137 m

Nuit du 26 au 27 avril  –  A2 PAS  56 rue Nationale, Lectoure, 32700 confirmé par tél sans b. +33670993779  – Arrivée 15:00-18:00  Départ 08:00-10:00
Épine noire
Un pèlerin photographiant

Ce matin j’ai téléphoné à Jean-François pour lui demander ce qu’il y avait au menu à midi. Il m’a répondu qu’il attendait mon téléphone pour décider ce qu’il ferait. (Je mange souvent chez JF le jeudi)  Il m’a dit aussi que depuis que je suis parti, il n’a pas plu. Je ne savais pas que je faisais la pluie et le beau temps par chez nous.

Donc je demanderai à Jacques, qu’en plus de donner des ampoules, de prendre soin de la santé de ma famille et la non construction d’une maison, de faire tomber la pluie un de ces jours.

Il m’a dit aussi, qu’il y avait plein de flics à Payerne, car il y a eu un double meurtre. Ça c’est Payerne comme dirait ma femme.

En ce qui concerne le voyage, ça va pas trop mal.

La nature au rendez-vous
Flamarens
L’église en renovation
Un château au loin
Lectoure au loin
Le chemin change
Clochettes
Comme quoi on peut dire les choses simplement

Jour 18 – Moissac > Saint-Antoine

Le Chemin de Compostelle 2018

Mercredi 25 avril

30.42 km / 07:30 h / M 530 m / D 556 m / Dén. 129 m

 

Nuit du 25 au 26 avril  – Gite d’étape OPAO  – 813 route de Gascogne – Lieu-dit La Corneille, 32340 SAINT ANTOINE – Gers – +33 05 62 28 17 05 /

Grand scoop. Aujourd’hui je ne fais pas autant que les 30 km prévus. 20 km suffiront, je ferai le reste en bus. Il faut que je préserve mes pieds qui ressemblent aux mains de Nadal.

Hier soir j’ai rencontré les deux dames que j’avais photographiées avant Moncuq. Elles avaient prévu de s’arrêter pour cette année à Moissac. Et là, effectivement, elles ne peuvent pas aller plus loin, l’une d’entre elles ne peut plus marcher en raison d’un mal de hanche.

Le canal de Golfech parallèle au Canal latéral de la Garonne

J’ai été enchanté par la ville d’Auvillar

Auvillar
Auvillar. La halle aux grains
Auvillar

La fatigue se faisait sentir ce matin et maintenant je vais bien. Il faut dire que je loge chez une infirmière qui m’a accueilli juste avant deux jeunes qui sont arrivés épuisés.

Aujourdhui j’ai écouté ce morceau fantastique, le Paladio de Carl Jenkis interprété par Gauthier Capuçon et Camille Berthollet.

Quant aux textes de Marc-Henri, mon beau-fils, père de six enfants, intitulées Chronique d’un père indigne ils valent le détour.

Il m’aura fallu presque 15 jours pour arriver enfin à oublier le vent, la pluie, la neige, le soleil, les bobos, le bitume et penser un peu à autrefois. Je me souviens qu’en face de l’Hôtel de la gare à Cousset, avant le Denner actuel, il y a eu un parking et avant le parking une grange où Alfred Chuard attachait son cheval pendant qu’il allait boire un verre. Quand il sortait un peu épuisé d’avoir fait santé avec d’autres phénomènes, il s’asseyait sur sa cariole et laissait le cheval le ramener Aux Granges.

Il faut dire que le père Tissot, Arthur de son prénom, n’était pas en reste et on riait de le voir rentrer en titubant et prendre toute la route.

D’autres personnages ont marqué mon enfance, il y avait Chisse, Manet, le père Collomb, Alexandre, qui étaient tous des personnes à part. On m’a raconté une fois, je ne sais pas si c’est vrai, qu’à Montagny-la-Ville un homme s’est coupé un doigt en coupant du bois. Il a pris le bout de doigt, l’a jeter sur le tas de bois, a pris un mouchoir, l’a mis sur la blessure et il a continué à couper du bois.

J’avais oublié la chambre du jour.

OPAO

Jour 17 – Montagudet > Moissac

Le Chemin de Compostelle 2018

Mardi 24 avril

22.71 km / 05:30 h /  M 381 m /  D 433 m / Dén. 117 m

Nuit du 24 au 25 avril  –  Elika confirmé – 17 COTE SAINT LAURENT, 82200 Moissac, +33661634977

Voilà un jour où je pars au chant du coq, du rossignol et du loriot. A propos de rossignol, je me souviens d’une leçon avec mon instituteur de l’époque M. Rapo, je devais avoir 10 ou 11 ans. Il nous parla du chant du rossignol avec une telle passion que ça m’est resté et c’est la première fois que je l’entends réellement, 60 ans après.

Vous le trouvez sous youtube ce qui était impossible avant.

Changement d’atmosphère

La journée fut vraiment chaude et j’ai souffert du dessous des pieds, surtout le droit. Puis j’ai employé un des anneaux que m’avait donné Jacquie, sorte de couronne qui entoure la partie blessée. Avec des acrobaties je suis arrivé à en placer un autour de l’ampoule, ce qui fait que la partie blessée ne touche plus le soulier. J’ai ajouté deux trois couches de tape, un doliprane et c’est reparti.

Je n’avais plus d’eau car je suis allé dormir hors du Chemin et il m’a fallu deux heures pour le rejoindre. Vers Moissac, j’ai enfin réussi en en avoir par la grâce d’une dame qui s’affairait autour de chez elle. Elle m’en donna gracieusement alors que certaines personnes font payer l’eau du robinet 1 euro.

La plaine de Moissac avec ses filets de protection et ses plastiques

Finalement mon pansement s’affaire efficace, j’arrive presque à  marcher correctement, seule la vitesse n’y est pas.

Et une nouvelle chambre à coucher

 

 

Jour 16 – Montcuq > Montagudet (Lauzerte)

Le Chemin de Compostelle 2018

Lundi 23 avril

22.74 km / 05:30 h / M. 429 m / D 442 m / Dén. 162 m

Nuit du 23 au 24 avril  – Maid’s room  Borde Basse, 82110 Montagudet, +33563947933 – Confirmé B. – Arrivée 14:00-20:00  Départ 08:00-11:30

Ne jamais se fier aux apparences, vous pensez arriver et il y a encore une montée (finalement elle est horrible) ou une courte descente qui s’avère être casse-pattes. On ne sait jamais, on croit qu’on va arriver à telle heure et tout d’un coup, on fait 1 km à 1 km/h.

Les conséquences de la pyrale du buis

Je vais vous parler aussi d’un véritable fléau ici c’est la pyrale du buis. Cette photo représente ce qui se passe, des haies entières sont détruites par ces chenilles vertes et jaunes. L’autre jour, un randonneur avait une chenille sur le visage; j’ai demandé si je pouvais l’enlever et je me suis aperçu qu’il y en avait au moins 30 sur lui.

Un village des environs

Je n’ai rencontré que 3 personnes aujourd’hui des touristes qui font le chemin par petites étapes. Trois Français que j’ai rencontré hier, qui ont dit: On peut quand même pas se laisser dépasser par un Suisse. Je leur ai répondu: De toute façon l’un d’entre vous va faire grève et je vous dépasserai.

Belle maison où l’on pouvait boire du café pour un euro.

On pouvait consommer des boissons, mais il n’y avait personne juste une crousille où on mettait l’argent.

Lauzerte au loin

Lauzerte ressemble un peu à Romont. Alors comme j’avais besoin d’une pharmacie je suis monté jusque tout en haut bien que ce n’était pas sur ma route et là surprise c’est Romont mais uniquement des maisons familiales, pas un chat, pas un magasin, rien je n’ai rencontré que la postiere. Je lui ai demandé où était la pharmacie, elle m’a dit on l’a déplacée, c’est en bas au rond-point où vous venez de passer.  J’ai pas eu le courage de retourner là-bas.

Une rue de Lauzerte

Et une autre rue tout aussi animée

Animation

Et pour finir la chambre à coucher de ce soir chez mes Anglais

Ne jamais se fier aux apparences, soirée super sympa avec mes hôtes anglais et en plus la champ du rossignol.

Jour 15 – Cahors > Montcuq

Le Chemin de Compostelle

Dimanche 22 avril

32.96 km / 08:00 h / M 598 m / D 575 m / Dén. 187 m

Nuit du 22 au 23 avril  – Montcuq – L’Eden – 9 Avenue de Belle Dent
46800 Montcuq – +33 6 48 78 05 22 

Je suis parti de Cahors vers 7h20.

Ce matin, Cahors au départ

Heureusement, le soleil jouait à  l’intégriste (il était voilé) donc il faisait bon.

Toujours Cahors

Pendant près de deux heures, je n’ai été accompagné que par les coucous. J’ai décidé d’en photographier un, et après presque une heure d’attente j’ai réussi,  mais là photo est un peu trouble.

Puis après une heure supplémentaire j’ai rencontré un couple qui vint d’Anjou, ou plutôt  deux dames qui étaient parties avant moi.

Quelques fleurs de temps en temps attirent mon objectif.

Ou d’autres créatures en principe processionnaires.

En réunion

Encore des fleurs …

Des arbres en fleurs …

J’ai fait un ou deux kilomètres avec un cheval et comme il était surmonté d’un cavalier, avec ce dernier on a parlé pendant tout ce temps. Lui aussi est surpris du peu de monde sur le chemin.

Chemin faisant …

on arrive à Moncuq…

D’ailleurs une dame m’a informé qu’on dit montcuque  parce que ici on est pauvre et si on a une lettre, on la prononce.

Et je suis arrivé à l’hôtel après 16h, c’est à dire à peu près 7h40 de marche effectives.

Jour 14 – Varaire > Cahors

Le Chemin de Compostelle 2018

Samedi 21 avril

Prévusp 35.06 km / 07.01 h / M 454 m / D 632 m / Den. 211 m

 

Nuit du 21 au 22 avril  –  Hôtel Terminus – confirmé B,  5 Avenue Charles de Freycinet  46000 Cahors  +33565533200
La Maison cachée près de Varaire

Comme mentionné hier soir, le couple de logeurs de la Maison cachée m’a fortement déconseillé de faire les 35 km prévus d’autant plus qu’aucun point d’eau n’est disponible. En plus, chez eux, on resterait volontiers plusieurs jours.

La Maison cachée, Annie, Thierry et le Terre-Neuve

Thierry m’a proposé de venir m’emmener un petit bout. En voyage il m’a dit qu’il  y avait une vente de matériel agricole et un vide-grenier dans un village environnant. J’ai demandé si je pouvais l’accompagner.

Et là  le choc.

Tout se vend… chez nous même la déchetterie n’en voudrait pas…

Thierry a repéré la plus jolie fille

Et après 28 km de marche quand même, un petit rafraîchissement l’arrivée à l’hôtel Terminus à Cahors

J’aime
Sympa cet hôtel quand même

Voilà,  il faut soigner cette nouvelle ampoule qui a eu l’idée de se loger sous le pied, ce qui se remarque à chaque deux pas. (chaque fois que le pied droit touche terre, pour ceux et celles qui n’avaient pas compris).

Une visite au célèbre pont Valentré que j’emprunterai demain matin tôt

Une visite aussi à la cathédrale

Son cloître

Et ses vitraux…

Quant à  demain après 32km de marche, je chercherai l’avenue Belle Dent de Montcuq c’est pas facile…

Quant à  ce soir j’ai acheté 4 litres d’eau,  un pain pour demain car pas de ravitaillement non plus.

Jour 13 – Cajarc > Varaire

Le Chemin de Compostelle 2018

Vendredi 20 avril

24.08 km / 04:48 h /  M 495 m /  D 336 m / D. 227 M.

Nuit du 20 au 21 avril  –  La maison cachée – confirmé B. – Bourel  46260 Varaire – +33581705508 
Ce matin

Me voilà arrivé à la Maison cachée, il a fait très très chaud et j’ai bu au moins de 4 litres d’eau. Le problème c’est qu’il faut la trouver, pas de villages traversés et un seul point d’eau où c’était écrit: eau non contrôlée.

Ce qui nous a empêcher de boire…

Je mangais là et trois randonneurs sont passés et renoncé à prendre cette eau-là et une quatrième a vu que 4 mètres à côté, il y avait un robinet d’eau potable. Les pauvres deux finlandais et le pauvre Luc ont été contraints de passer par un village pour se ravitailler.

 

Luc du Fouquet avec qui j’ai mangé à Espalion
Et avec les coucous
Différents chemins
Ancien lavoir

Je finirai plus tard. C’est  à dire après un bon repas pris à la Maison cachée. Mes hôtes  m’ont persuadé de ne pas faire l’étape  de demain. Sans point d’eau, sans possibilité d’obtenir de la nourriture et des boissons ils déconseillent, comme ils l’ont déjà fait hier, de faire 35 km sous cette chaleur. Alors j’obéis aux gens de coin.

Jour 12 – Figeac > Cajarc

Le Chemin de Compostelle 2018

Jeudi 19 avril

30.86 km / 06:11 h /  M 562 m /  D 613 m /  Dénivellation 245 M

Nuit du 19 au 20 avril  –   L’auberge du Pont 16 avenue de Coluche, Cajarc, 46160 – Confirmé B – Arrivée 18:00-20:00  Départ 08:30-10:30

Me voilà à Cajarc que l’on prononce  Cajar.

Je suis parti ce matin à 6h20 et je suis arrivé à 16h20, ce qui fait 10 heures de marche à environ 3,3 km à l’heure, pauses comprises.

33 km aujourd’hui et je n’ai rencontré que trois pèlerins. J’avais décidé  de marcher lentement afin de ne pas réveiller mes blessures.

Je pensais vraiment être dépassé par plusieurs personnes mais je n’ai vu que les 3 alors je me demande comment c’est possible.

En chemin… tôt ce matin
Un des deux villages traversés
Toujours la même légende… Mon chemin

Vous remarquez, cher lecteur que je ne parle pas de mes bobos. Chut, ils se sont presque tous endormis.

Heureusement, le chemin change parfois
Le dolmen de Pech-Laglaire 2

Peu de monde, heureusement tout le voyage se fait au son du coucou et des autres oiseaux et avec la compagnie de papillons. Deux seules possibilités de se ravitailler en eau (du robinet), sur 33 km, par cette chaleur, 28 degrés il faut bien gérer ses ressources. La nourriture aussi, impossible de trouver quoique ce soit. J’ai mangé à 10h, une pomme et une mandarine (Arrêtez de rire), à midi, du pain avec de la terrine de canard, deux mandarines et ce soir on verra.

Et une dernière en attendant le repas

 

Jour 11 – Decazeville > Figeac

Le Chemin de Compostelle 2018

Mercredi 18 avril

29.3 km / 05:51h / M 749 m / D 763 m / Dén. 232 m

Nuit du 18 au 19 avril  –  Le Faubourg – 59 Rue du Faubourg du Pin , Figeac, 46100, – confirmé B. +33565342182 – Arrivée 14:00-20:00  Départ <10:00

Ce matin c’était pas mal. Puis avec la chaleur, le point de réunification entre la jambe gauche et la droite, là où on se protège par une culotte, un slip, j’ai opté pour le boxer qui ne devait pas laissé entrer le loup. (En patois, à vérifier) Irritation due au frottement entre les jambes.

Et bien, il est entré et on me dit de mettre de la vaseline, mais pas de la couenne de lard pour ne pas attirer le vrai loup.

En plus pour finir, mes souliers sont chez le cordonnier avec des fentes un peu partout.

Pour aller chez le cordonnier, 2 km de plus alors que je me suis déjà tapé 31 km. Ils sont fous ces cordonniers. Il n’est pas sûr d’arranger ça. Il va mettre des pièces. Je dois attendre jusqu’à 19h.

Près de Figeac
En descendant vers Figeac
Puis la récompense une heure de plage

Et pour finir

en beauté, bientôt plus de batterie. Demain je vais partir au lever du soleil avant le petit déjeuner car j’en ai pour 8 heures si je n ai pas plus mal qu’aujourd’hui, avec doliprane.

Voilà j’ai récupéré mes souliers collés et cousus et maintenant:

Le repas du pèlerin solitaire de ce soir

Jour 10 – Conques > Decazeville

Le Chemin de Compostelle 2018

17 avril

19.37 km / 03:52 h / M. 550 m  / D. 653 m / Dén. 427 m

Nuit du 17 au 18 avril  –  Festiane -155 Route de Nantuech, Decazeville, 12300 – +33677882074 – Arrivée Mardi 16:00-22:00  Départ 08:00-11:00

Aujourd’hui, on a tous souffert du soleil. Quelle transition. C’est comme, à l’instant, écrire sur un clavier azerty d’un vieil ordinateur. Non, je crois que je vais repassé sur mon téléphone, ils sont fous ces français.

Au départ de Conques

La montée de Conques est terrible. Comme je viens de quitter ma maison d’hôtes en haut de la ville, il faut d’abord descendre la rue pavée et ensuite cette montée. Les muscles pas chauds, je ressemblais plutôt à Nadal, tellement ça coulait. J’ai pris un doliprane car j’avais très mal, mais Everybody hurts.

Sous le soleil… enfin

Finalement j’ai passé le plus clair de mon temps, devant, derrière ou avec Liliane et Joëlle qui s’arrêtent demain. On a remarqué que dans ces petits villages traversés, on n’a rencontré personne, même pas un chien…

Liliane et Joëlle
Sur le chemin

Jour 9 – Entraygues-sur-Truyère (Golinhac) > Conques

Le Chemin de Compostelle 2018

16 avril

24.57 km / 04:55 h / M 777 m / D 860 m / Dén. 415 m

Nuit du 16 au 17 avril  –  Le Compostelle de Conques – Rue Emile Roudier, Conques, 12320,  +33563560645 –

J’ai dormi à Entraygues hors du chemin de Compostelle à la Porte Valette chez une charmante dame d’origine anglaise et son mari sud africain.

La Porte Valette. Cherchez le chat noir…

Je lui ai demandé ce qu’elle faisait là, alors elle m’a expliqué son cheminement et ils ont choisi cet endroit en raison de la rivière et surtout parce que son mari (70 ans aussi) était pêcheur en mer en Afrique du Sud et ici il va pêcher dans la rivière à côté, la Lot, mais en dix ans “il n’a rapporté que 4 poissons”.

Hier, j’ai fait plus de 33 km sans rencontrer d’autres pèlerins que ceux mentionnés dans la rubrique d’hier.  Il faut dire que les 7 derniers kilomètres je suis sorti du chemin pour rencontrer d’autres personnes, moins habituées aux touristes que nous représentons quand même.

J’ai rencontré Luc à la sortie d’une église et nous avons bavardé; il m’a dit que Louis était derrière,  qu’il avait eu des problèmes avec un talon et que les deux filles suivaient aussi. Il m’a aussi donné des nouvelles de Marylène qui est toujours sur le chemin, quelques kilomètres derrière nous. Je connaissais Luc, du Fouquet, depuis Espalion où nous avions mangé ensemble et bu du vin bio.

La campagne
Conques magnifique
Conques
Glycine

Louis est en retard, il a fait envoyer des semelles orthopédiques à Conques pour demain, donc il n’est plus pressé. Quant aux deux filles, je viens de les revoir, Daphné reste un jour ici et Aline se bat pour trouver un transport afin de prendre l’avion à Toulouse mercredi après midi.  Ah, cette grève! Et ici c’est le bout du monde il n’y a rien du tout.

Jour 8 – Espalion > Entraygues-sur-Truyère (Golinhac)

Le Chemin de Compostelle 2018

15 avril – Dimanche

Espalion > Entraygues-sur-Truyère (Golinhac)

32,87 km / 06:35 h / M 841 m / D 952 m  / Dén. 437 m.

Nuit du 15 au 16 avril  –  La Porte Valette – 8 rue Droite, Entraygues-sur-Truyère, 12140, – +33565662454)

Longue étape aujourd’hui, je suis parti à 6h50 pour Estaing et Entraygues il est maintenant 16h20, donc j’ai fait 8h de marche environ.

Une ferme

Je n’ai pas rencontré de personnes connues, mais j’ai mangé avec un couple de coréens de 69 ans, qui ne parlent que peu l’anglais et encore moins bien que moi. J’ai appris que dans les hôtels, ils doivent communiquer par photos. D’ailleurs en voici une d’eux:

Et plus tard un couple de Marseillais que voilà:

Nous avons parlé de coucous, pas de ceux qu’on ne voit qu’une fois par heure, non, les vrais qui sont en nombre par là. Comme j’avais la pièce de monnaie nécessaire, je vais devenir riche, alors que le pèlerin se dépouille.

Tout va bien, il y a simplement quelques ampoules supplémentaires, mais en gros aucun problème, le paysage est magnifique…

et j’espérais secrètement trouver quelques morilles pour battre Jean-François mais rien. Par contre, il y a quelques pêcheurs qui vont aux carnassiers.

Enfin une image d’hier qui me tient à cœur.

Église de Saint-Côme d’Olt où j’ai allumé la bougie pour Baraka et tous ceux qui nous ont quittés

Jour 7 – Saint Chely d’Aubrac > Espalion

Le Chemin de Compostelle 2018

14 avril – Samedi

25,4 km / 05:04 h / M 507 m / D 1028 m /  Dén. 588 m.

Nuit du 14 au 15 avril  –  Espalion – Hôtel de France – 36 Bd Joseph Poulenq  12500 Espalion – +33 565440613 – Arrivée 17:00-20.00 – Départ 07:30-10:30

Au départ, ce site était destiné à ma famille et à quelques amis. Aujourd’hui plus de 200 personnes ont visité ce site où je voulais simplement parler de mes sentiments. Je ne veux pas faire un cours d’histoire ni de géographie simplement parler de ce que je ressens. Je ne vais pas changer à ce mode de faire. C’est ce que j’avais décidé et je continuerai de parler de ce que je vis et de ce que je ressens le long de ce voyage.

Idem pour  les photos, vous trouverez beaucoup de photos sur tous les sites des villes traversées.

Aujourd’hui tout a été comme il faut jusqu’à 10h puis j’ai commencé à avoir mal à ma jambe et j’ai pris un anti-inflammatoire et j’ai marché tant bien que mal. A un endroit,  il y avait des chats et un chien qui nous attendaient dans un abri où le pèlerin avait à  boire pour un euro.

3 chats et un chien

C’est là que commence la séquence émotion. Je voulais écrire des remerciements à la personne qui nous avait offerts ces boissons mais impossible d’écrire un des chats ronronnait sur moi et m’empêchait d’écrire. Cela m’a fait penser à Baraka la chatte que l’on vient de perdre.

Quand Baraka vivait au bureau

L’histoire de Baraka a commencée quand une voisine nous demanda si cette petite boule de poils qui traînait au bord de la route était la nôtre. Cette chatte devait avoir environ 2 mois et était très malade, personnellement je ne pensais pas qu’elle passerait la nuit. Nous l’avons prise à la maison, dans le bureau où je travaille en essayant de lui donner à boire et à manger. Mais elle ne supportait rien et chaque matin quand  j’allais au bureau je me demandais si elle serait encore vivante. Tant bien que mal elle m’aide à travailler au bureau pendant 3 mois puis on lui permit de rencontrer nos autres chats “Babouche” et “Chaussette” et tout se passa bien.

Un beau jour Baraka disparut et on se mit à sa recherche.  Nous fûmes aidés par un site internet qu’il faut que je retrouve où était inscrite une méthode de recherche que l’on a suivie. Chaque soir à partir de 22h environ, on sillonna le village en appelant doucement son nom. On attendait quelques minutes et on repassait plus tard en refaisant la même chose, tout ça sur un rayon de 300 mètres autour de la maison. Pendant 10 jours rien, toutes les recherches furent vaines, malgré toutes les affiches, les contrôles le long de la ligne de chemin de fer,  les routes afin de voir s’il traînait un indice mais rien. Ce qui nous fait nous fit penser que le chat devait être prisonnier à quelque part et encore vivant. Après 10 jours de ce régime on décida de faire encore une fois un dernier tour du village. Nous nous séparâmes chacun d’un côté du village puis quand on se rejoignit et que l’on se disait que c’était fini, j’ai entendu juste derrière ma femme un petit cri qui venait d’un toit de véranda d’une maison abandonnée. Baraka était prisonnière là. Et pourtant nous étions passés des dizaines de fois là en l’appelant.

Elle nous combla de sa présence pendant une année et demi environ. Bien sûr, elle nous apporta des souris, quelques oiseaux et aussi deux ou trois vers de terre. 

Dernièrement, la même voisine qui nous avait apporté Baraka nous téléphone pour nous dire que cette dernière venait d’être happée par une voiture à l’endroit même où on l’avait trouvée il y a une année et demie. Ainsi nous quitta Baraka.

Alors  aujourd’hui pour la première fois de ma vie pour un animal, j’ai allumé une bougie. 

A la mémoire de Baraka et aussi à tous ceux qui nous ont quittés, en particulier la patronne

Désolé  j’ai beaucoup de peine à écrire ce soir…

Le pont d’Espalion

Jour 6 – Nasbinals > Saint Chely d’Aubrac

Le Chemin de Compostelle 2018

13 avril

15,28 km / 03:03 h / M 251 m / D 565 m / Dén.. 501 m

Nuit du 13 au 14 avril  –  Lepadou-Bas – Route d’Aubrac, D533  +33565447439 – 12470 Saint-Chély-dʼAubrac 

Ce matin les trois jeunes compères qui avaient mangé avec moi hier soir prenaient leur café à  mon hôtel.  Du coup, on est parti ensemble et passé la journée en s’encourageant ou en se décourageant selon des critères de kilomètres ou de nourriture pour le plus jeune, Louis.

On a parlé d’Iran et de Zalado avec Daphné, l’ancienne responsable de la marque pour la Suisse, d’Afrique du Sud et de psychologie avec Aline et… des deux filles avec Louis.

L’étape était courte et grâce à l’anti-inflammatoire je n’ai pas souffert d’un de mes muscles adducteurs de la jambe gauche pendant les deux premières heures. Après j’ai eu mal mais je peux encore marcher.

Dans un beau paysage, les trois marcheurs
Daphné voulait un fond neigeux
En arrivant à Aubrac

Nous avons pris une soupe et une tartelette de fruits chez Germaine

Une tranche de tarte aux fruits suffit pour un repas

Sans bonnet, pour les petits enfants

Voilà, il est l’heure de la lessive et je remarque que ma jambe, comme dirait mon petit fils Aurélien,  “même pas mal”.

J’ai de petits soucis d’édition mais tant pis.

Quant au temps, il fait actuellement 6 degrés,  nous avons eu de la pluie, du vent et tout est trempé. Mais on va vers la chaleur.

Jour 5 – La Chaze-de-Peyre > Nasbinals

Le Chemin de Compostelle 2018

12 avril 2018

20,63 km / 04:07 h / M 417m / D 316 m / Den 187 m


Nuit du 12 au 13 avril  – Hôtel La Route d’Argent  
Cadre de miroir fait en papier

Une petite mise au point pour commencer: j’écris ces textes sur mon téléphone portable et je fais plein de fautes, je ne vois que quelques lettres, mais le sens doit être compréhensible.

Journée  courte aujourd’hui, mais curieusement très éprouvante en raison de l’état des chemins et d’une douleur musculaire à la jambe gauche. Il faut que je demande à ma femme (comme avec Colombo, j’en parlerai souvent, mais vous ne la verrez jamais) ce que c’est. J’ai pris un anti inflammatoire et mis de la crème miraculeuse (on est sur le chemin tout de même).

Le chemin boueux

Chacun fait son propre chemin au sens propre ou sale. Avant chaque pas, il faut réfléchir où poser le pied et s’aider des indispensables bâtons.

A propos, beaucoup de pèlerins ramassent des petits cailloux et les placent sur les croix et autres bordures. S’ils faisaient le même geste en mettant des petits cailloux dans ce bourbier. Il n’y aurait plus ce problème.

Didier et Loïc – Merci pour le pansement 

J’ai aussi rencontré, pour la première fois, un pèlerin désagréable, je n’en dirai pas plus. Lui a vraiment besoin du chemin… Il m’a parlé des rumeurs que Frank avait quitté le chemin, un allemand de 2m. Effectivement je lui ai dit que j’ai vu ce monsieur monter dans un camion et abandonner. Or il parait qu’il  est toujours sur le chemin mais qu’il fait du stop. C’est alors que j’ai dit: “ah le monsieur dont j’ai parlé et dont je ne connaissais pas le nom s’appelait Frank”. Il m’a dit: il s’appelle Frank. Et plus tard il m’a dit j’ai toujours raison. Alors j’ai marché un peu plus rapidement.

Une photo spéciale pour Jean François

Regarde en bas à gauche, bien gras

Repas du soir avec Aline, Daphné  et Louis.

Aline, Daphné et Louis

 

Suite

Jour 4 – Saint-Alban > La Chaze-de-Peyre

Le Chemin de Compostelle 2018

11 avril 2018

21.87 km / 04:22 h / M 526 m / D 399 m / Den. 178 m

Nuit du 11 au 12 avril  La Chaze-de-Peyre – Grandviala – La ferme de Félix –  +33687912669

Me voilà  à la ferme Félix après seulement 21,3 km. Je suis parti à 9h et il est 16h.

Marylène

Il faut que je vous parle de Marylène, je l’ai photographiée  d’un peu loin car elle n’aime pas beaucoup les photos. Cette personne qui vient d’Anjou et qui a 62 ans est hémiplégique du côté droit et force notre admiration. Elle a aussi fait ses 32 km hier, mais les deux premiers jours alors qu’on souffrait, elle était presque arrêtée dans les montées et les descentes. Elle est arrivée trois heures après nous, mais elle est arrivée.

Paysage d”Aubrac

Quant à Louis il a abandonné Marylène, pour une plus jeune qu’elle m’a dit, en voici la preuve.

Dommage Louis, Daphné repart et t’abandonne

Nous avons mangé à Aumont d’Aubrac, on était une dizaine. Louis et Daphné qui sont sur la photo ont pris une belle assiette de charcuterie tandis que moi je me contentais d’une bavette et d’aligot. Mais Louis a ensuite commandé lui aussi une bavette et un dessert, conséquence: il ne va pas plus loin. Plusieurs pèlerins s’arrêtent d’ailleurs à Aumont, moi je continue jusqu’à la ferme Félix.

Je dois dire aussi que hier soir j’ai fait la lessive, eh oui. D’autre part tous les gîtes étaient en alerte, on recherchait Ruben. J’ai réussi à dire que j’avais déjeuner avec lui et qu’il comptait s’arrêter après 10 km. Il semblerait d’après les rumeurs du Chemin que sa femme le cherchait par téléphone.

Tiens, il neige…

 

Suite