04a. Auberge du Sauvage

Dimanche 14 avril 2019

Auberge du Sauvage

Comme j’obéis à mon médecin et à  ma femme, ou le contraire, aujourd’hui repos. Plus de problème physique, depuis que j’ai trouvé du talc à la pharmacie. Et oui, je retourne en enfance.

Je profite de revenir sur les poteaux téléphoniques que j’ai critiqués. Et bien, ils ont essayé d’améliorer leurs silhouettes  mais c’est encore pas ça.

Quand on arrive à Saugues on voit la bête du Givaudan  je pense que c’est un attrape tourisme car elle doit être morte, elle n’a pas bougé depuis l’année dernière.

Hier à mi-chemin de Saugues au Sauvage on traverse le Falzer qui m’a fait penser à mon père qui employait les mots falzut ou falzar pour les pantalons. A cet endroit, on pouvait visiter une fromagerie. Je me suis abstenu pour ne pas faire de peine à nos amis gruyèriens,  je suis resté pour garder les sacs des visiteurs.

Mais il y avait trois chiens, un s’est couché sur le banc pres de moi, le deuxième à mes pieds, pendant que le sournois troisième a fouillé dans un sac qui était hors de ma vision pour trouver de la nourriture. Celle-ci ne lui a pas convenu puisqu’il a pissé sur le sac.

Photo de Gérard Gardes